Rechercher une formation

Accueil > a propos de l'UDA > Des étudiants publient > Les 7 péchés capitaux du capitalisme


Informations générales
 Accueil
 Qui sommes-nous ?
 L'équipe administrative
 Avantages membre UDA
 Avantages UCL-Saint Luc
 Appel aux volontaires
 Service de relecture
 Demandes d'étudiants
 UDA en images
 Contact

Informations pratiques
 Conditions générales



Les 7 péchés capitaux du capitalisme


Le livre « Les 7 péchés capitaux du capitalisme » est paru aux Editions Persée et est dès à présent disponible.


Résumé du livre


Les 7 péchés capitaux, tels que définis au XIIIème siècle par Saint Thomas d’Aquin, sont bien là, omniprésents, autour de nous ! Exploités par le capitalisme pour son propre triomphe !

L’auteur les passe en revue, sans moralisme, avec un regard critique sur notre époque.

L'orgueil, symbolisé par les tours de New-York, s'illustre notamment par notre désir de vouloir recréer un soleil sur terre par le nucléaire, ou de vouloir changer la nature par la technologie des OGM.

L’envie, et son application directe au travers de la publicité.

L’avarice, et le besoin inextinguible d’accumuler des richesses (objectifs trimestriels en vue !).

La gourmandise, et l’obésité ainsi que la gloutonnerie de richesses, notre réflexe du « trop » : on a de trop grosses voitures, la musique va trop fort, il y a trop de violence, on boit trop, on mange trop, on fume trop.

La paresse et sa mise à l’index doublée de la promotion des vacances « all-inclusive ».

La luxure et les sites pornographiques qui envahissent nos écrans plats, et aussi la luxure des moeurs, au travers des bitures express par exemple.

La colère enfin, celle des classes qui manifestent leur frustration par des émeutes de rue, des incendies de voitures, et celle du monde islamique contre une société qu’on lui impose.

Après avoir utilisé la grille de lecture des 7 péchés capitaux pour analyser notre civilisation, il est proposé de méditer sur les 7 vertus, héritage de la réflexion de nos ancêtres, ainsi que sur les principes humanistes.

Et là, la constatation est sans appel : le capitalisme n'exige aucune vertu à un trader, ou au patron d’un grand groupe financier, ou encore au directeur financier d’un groupe pétrolier.

On leur demande des résultats, rien d'autre, et ils ne pratiqueront les vertus que dans la mesure où elles aident à atteindre ces résultats. Pire encore : tempérance, prudence, courage, justice sont des vertus ennemies des résultats financiers, et donc du capitalisme.


Couverture

La couverture du livre est un arc-en-ciel double (deux fois 7 couleurs dans des ordres inverses, pour les 7 péchés et les 7 vertus) au-dessus d’une ville (c’est New-York, symbole du capitalisme), dans un décor de nuit mais avec un ciel bleu (dans le style du peintre surréaliste belge Magritte). Elle représente aussi le monde moderne, la construction, l'argent, la course effrénée durant laquelle tout doit aller vite... on ne sait plus très bien si c'est le jour ou la nuit ... le temps ne le temps ne s'arrête pas... Les arcs-en-ciel sont l’un les 7 péchés, l’autre les 7 vertus. Remarquez les couleurs de l’arc-en-ciel : le rouge est à l’intérieur.

Chaque couleur de l’arc primaire représente un péché, chaque couleur de l’arc secondaire une vertu. Ces arcs sont au-dessus de New-York, et les vertus sont au-dessus des péchés, bien que plus faibles et plus discrètes.



L'auteur

Pierre Moulin est né en 1952. Il est licencié en sciences économiques de l’Université Libre de Bruxelles,1973.

Son parcours professionnel l’a amené à travailler durant plus de 35 ans dans l’informatique pour de grandes multinationales en tant que responsable d'équipes en charge de vastes projets complexes, nécessitant l'implication de nombreux spécialistes en Europe, aux Etats-Unis, en Inde, en Corée, en Biélorussie etc. Il a donc dirigé des équipes multidisciplinaires et a ainsi pu acquérir une grande expérience pratique « par l’intérieur » du capitalisme et de la mondialisation, et des exigences des grands groupes internationaux.


Ses expériences l’ont amené à percevoir l'accélération de l’histoire de la société occidentale, et à poser un regard critique sur la globalisation de l’économie. Ses responsabilités en tant que manager lui ont fait bien comprendre ce qui était d'une part exigé par les dirigeants financiers des compagnies, souvent éloignés de la réalité du terrain, et d'autre part ce qui était vécu quotidiennement par les collaborateurs. Parfois un univers les sépare !


Par ailleurs, Pierre Moulin est engagé dans des mouvements écologiques, et est un observateur attentif de la nature. Il donne régulièrement des conférences sur le réchauffement climatique, l’énergie nucléaire, les énergies renouvelables, les déforestations.



Le site internet : http://www.7pechescapitaux.be/
  Accueil  |  Université des aînés  |  Publications  |  Sondages  |  Contact